Programme 2011

Séminaire EHESS (96 boulevard Raspail)

  • Vendredi 4 février 2011

Thomas Le Roux,
« L’explosion de Grenelle (1794) : mises en perspective et potentialité historiographique »

Patrice Bret, « Poudres et risques d’explosion, XVIIIe-XIXe siècles »

  •  Vendredi 2 avril 2011

Robert Carvais, « Les incendies artisanaux et industriels au XVIIIe siècle : des normes de construction liés à la prévention des incendies et 1ères hypothèses de travail »

Discussion collective

Le séminaire a lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, à l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-EHESS).
salle de réunion (1er étage).

Journée d’étude / Workshop – 18 juin/June 2012, Oxford (MFO)

Pour une histoire comparée des régulations du risque industriel, XVIIIe-XIXe

Si la comparaison entre nations ou entre régions a généralement informé l’historiographie de la révolution industrielle, et si l’histoire environnementale a d’emblée été écrite dans une perspective globale, l’histoire de la gestion environnementale du risque technologique est largement tributaire des cadres nationaux, régionaux ou locaux des instance régulatrices. L’objet de cette journée d’étude est au contraire d’inviter les historiens à considérer ce que la démarche comparative peut apporter à la compréhension des modes de régulation.

Un référent extérieur permet en effet de gagner en acuité analytique et de dénaturaliser des pratiques (de gouvernement, de preuve, de contrôle…) qui paraîtraient sinon aller de soi. Par exemple, au XIXe siècle, le recours généralisé du gouvernement français à la norme de sécurité, à l’expertise académique et au droit administratif paraît beaucoup plus problématique une fois prise en compte la régulation britannique ancrée dans jurisprudence et les polices locales. La comparaison permettra donc de recenser la variété des outils du gouvernement du risque : intervention administrative, procès, normes de sécurité, cahiers des charges, assurance, arènes publiques de médiation, etc. On pourra également comparer les effets contrastés des modes de régulations variés sur les choix économiques, les formes techniques, les modes de production, la gestion de la main d’œuvre, les taux d’accidents ou la dégradation environnementale (liste non exhaustive). Enfin, un troisième type d’approches étudiera les circulations internationales produisant les régulations nationales : circulations des entrepreneurs, des mécaniciens, des experts, des textes ou des normes. Les objets d’étude peuvent être divers (localités, secteurs industriels, outils de régulation, législations…) mais doivent impérativement être abordés dans une perspective comparative (entre localités, régions ou nations) : à ce titre, des interventions à deux voix sur deux terrains différents seront également les bienvenues.

_____________________

La langue de  la journée d’étude sera l’anglais. Les propositions de jeunes chercheurs sont bienvenues, et tous les frais d’hébergement et de transport seront pris en charge par le programme de recherche. Les propositions de communication (titre, résumé de 2000 signes maximum, court CV) devront être envoyées avant le 15 février 2012, à Jean-Baptiste Fressoz,  j.fressoz@imperial.ac.uk, et Thomas Le Roux,  tleroux@ehess.fr  ou  thomas.leroux@history.ox.ac.uk. Une réponse sera donnée le 25 février 2012.

 

Workshop, 18th June 2012, Oxford (Maison Française d’Oxford)

For a comparative history of industrial risks regulation, 18th – 19th c.

If comparison between national or regional contexts has been a driving force for the historiography of the « industrial revolution », and if environmental history has been immediately written on a global scale, the evolution of environmental and risk regulation is often studied according to the national, regional or local scales of the institutions producing the regulations. The aim of this workshop is to invite historians to consider how comparison could advance our understanding of the different ways of regulating risk and environment.

Indeed, having another country as a point of reference improves analytical acuity by denaturalising practices of government, proof or control which would otherwise remain self-evident. For instance, during the nineteenth century, the French government generally resorted to safety norms, academic expertise and administrative law. This strategy of securitization appears much more problematic when one takes into account the British way of regulating based on jurisprudence and local polices. Thus this comparison will help identifying the variety of the tools used for governing risks: administrative intervention, trials, safety norms, technical specifications, insurance etc.  We will also be able to compare the contrasted effects of the different regulatory regimes on economic choices, technical forms, modes of production, workforce management, accidents statistics,, environmental damages, etc.Lastly, another kind of approach will study the international circulations that produce national regulations: circulations of entrepreneurs, mechanics, experts, texts or norms.The objects of study can be extremely varied: (localities, industrial sectors, tools of regulation, legislations…) but they must be approached in a comparative perspective (between localities, regions, nations). In this way, shared papers on a common object studied.

________________________________

Workshop language will be English. Proposals of young researchers are welcome. The research programme will reimburse travel and accommodation costs. Proposals (title, abstract 350 words maximum, short CV) should be sent before February 15th 2012 to Jean-Baptiste Fressoz, j.fressoz@imperial.ac.uk, and Thomas Le Roux, tleroux@ehess.fr or thomas.leroux@history.ox.ac.uk. An answer will be given on February 25th.

 

Programme 2011-2012

Séminaire, EHESS

Vendredi 21 octobreIncendies et industrie, politiques de prévention et d’indemnisation.

Niels Van Manen (Université d’Amsterdam) « Mapping Risks: Goad’s fire insurance plans (end 19th c.) »
Atelier de discussion avec Liliane Pérez(université Paris VII), Marie Thébaud-Sorger (CRH/EHESS) « Les claims : les dédommagements après les incendies artisanaux, Angleterre, XVIIIe siècle », François Jarrige (Université de Bourgogne), « Entreprises textiles, risques et accidents liés au feu, France, XIXe siècle », Thomas Le Roux (CRH/EHESS), « Quatre thèses récentes sur l’assurance incendie : directions de recherches »

 

 

Vendredi 16 décembre. La généalogie des systèmes de prévention et de compensation, la piste des mines et des travaux publics.

Jean-Louis Escudier (université de Montpellier) : « L’accident minier au XIXe siècle : de la solidarité à l’assurance ».
Atelier de discussion sur les travaux publics, avec Anne Conchon (Université  Paris I)  » Travaux routiers et accidents du travail au XVIIIe siècle », Allan Potofsky (université Paris VII), « Les chantiers de construction, 1750-1800 »
 

 

Vendredi 17 février. L’accident et les politiques d’urgence sous l’Ancien Régime.

Vincent Milliot (université de Caen), « La catastrophe du mariage du Dauphin, Paris, 1770 ».

Atelier de discussion animé par Christelle Rabier (London School of Economics).

  • Vendredi 20 avril (Titre à venir)
__________________________
 Le séminaire a lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, à l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-EHESS), salle de réunion (1er étage), de 9 h 30 à 12 h 30.

 

 

 

Journée d’étude/ Workshop, 15 mai/May 2012, Paris (EHESS)

La loi de 1898 sur les accidents du travail et l’émergence de la tarification des corps en Europe

Depuis quelques années, les travaux portant sur les risques et les maladies professionnelles ont réactivé un champ de recherche émergeant de la décennie 1975-1985, mais qui avait ensuite marqué le pas en France. L’objectif de cette journée d’étude consacrée à la loi de 1898 sur les accidents du travail est de prolonger cette réflexion actuelle sur l’histoire des risques autour d’enjeux à l’interface du droit, de l’économie, de la médecine et de la technique. Notamment, à l’heure où les questions de santé environnementale suscitent de plus en plus d’intérêt, il nous semble important de ne pas disjoindre de cette problématique les espaces de travail.

Vingt-cinq ans après l’ouvrage de François Ewald, L’Etat providence, pourquoi se pencher de nouveau sur l’histoire de la loi de 1898 ? De nouvelles lectures sont possibles : cette loi, qui met en place le principe de l’indemnisation forfaitaire aux victimes, freine également la possibilité de poursuivre un entrepreneur au pénal. Quel sens culturel et politique donner à cette normalisation du risque et à cette tarification des corps ? Les compagnies d’assurances ont particulièrement gagné à cette loi : quelle fut leur rôle dans sa mise en place ? Et quel fut celui des syndicats ? Comment évoluent les solidarités traditionnelles, mutualistes ou familiales, de part et d’autre de la loi ?  De même, il serait intéressant d’interroger le partage que la loi provoque entre risque professionnel et risque industriel : la disjonction juridique qui s’opère et se confirme à la fin du XIXe siècle est-elle si nette que cela ? Peut-on faire une histoire croisée du droit de la responsabilité, des régimes d’indemnisation et des techniques de prévention, de sécurité ou plus largement de production ? Par ailleurs, si les juristes connaissent bien l’application de cette loi en termes de droit du travail, il nous semble également utile de  la replacer dans une histoire longue de la compensation financière des accidents corporels. Enfin, un élargissement à d’autres aires géographiques nous semble pouvoir enrichir la réflexion. On ne peut en effet comprendre cette loi sans la remettre dans son contexte européen. Au même moment, dans la plupart des pays européens (Allemagne, Suisse, Autriche, Angleterre, Russie, Italie) et aux Etats-Unis s’engagent une réflexion sur les accidents, ce qui aboutit généralement à des textes législatifs et une redéfinition des systèmes de compensation. Les communications présentant des comparaisons européennes seront ainsi les bienvenues.

______________________

Les langues seront le français et l’anglais. Les propositions de jeunes chercheurs sont bienvenues, et tous les frais d’hébergement et de transport seront pris en charge par le programme de recherche. Les propositions de communication (titre, résumé de 2000 signes maximum, court CV) devront être envoyées avant le 15 février 2012, à Jean-Baptiste Fressoz, j.fressoz@imperial.ac.uk, et Thomas Le Roux, tleroux@ehess.fr ou thomas.leroux@history.ox.ac.uk. Une réponse sera donnée le 25 février 2012.

Workshop, 15th May 2012, Paris (EHESS)

The 1898 Law on Workplace Accidents and the Pricing of Bodies in Europe 

In recent years, scholarly studies on risks and occupational health diseases have reactivated a field of research that emerged in France between 1975 and 1985. At a moment when environmental health issues are attracting more and more historical interest, it seems important to return to the problems related to workspaces by including them in this more recent problematic. The aim of this workshop, which is devoted to the French 1898 Law on Accidents at Work in France, is to enlarge our understanding of the history of risk to a broader range of issues situated at the interface of law, economics, medicine and technology. Twenty-five years after François Ewald’s book on accident insurance and ideas of risk in France, L’Etat providence, why should the history of the 1898 Law be revisited?

New readings are possible: the 1898 law established the principle of lump-sum compensation for victims of workplace accidents but equally removed the right of workers and their families to pursue further claims for damages in a court law. How can we make cultural and political sense of this normalization of risk and what essentially amounted to body pricing? Insurance companies have particularly benefited from this law: what was their role in its implementation? And, what about that of trade unions’? What happened to more traditional forms of solidarity amongst families, workers, or employer and employees? Moreover, it would be interesting to examine the split between what were perceived as occupational hazards and industrial risks: was the legal distinction between the two that emerged in the late nineteenth century really so conclusive? Can we combine a history of liability and compensation schemes with a history of prevention and safety measures, or more broadly of production? Finally, an enlargement to other geographic areas can throw up questions and provide new answers. We cannot indeed
understand the 1898 law without placing it back within its European context. In the same period, in most European countries (Germany, Switzerland, Austria, England, Russia, Italy) as well as in the United States, accidents came to be seen in a new light which resulted in a legislation and a redefinition of compensation systems. Papers including European comparisons are therefore welcome.

_____________________

Workshop language will be English and French. Proposals of young researchers are welcome. The research programme will reimburse travel and accommodation costs. Proposals (title, abstract 350 words maximum, short CV) should be sent before February 15th 2012 to Jean-Baptiste Fressoz,  j.fressoz@imperial.ac.uk, and Thomas Le Roux,  tleroux@ehess.fr  or  thomas.leroux@history.ox.ac.uk. An answer will be given on February 25th.