Risques et accidents industriels (fin XVIIe – fin XIXe siècle) – Industrial hazards and accidents (late 17th– late 19th century)- Paris-19-20 décembre 2013

Appel à Communications

Call for papers 

Colloque 19-20 décembre 2013 – Paris

Conference 19th-20th December 2013 – Paris

 *** French version – an English version follows ***

L’accident technique questionne notre société industrielle ; il est constitutif de la notion de « société du risque » que scientifiques, sociologues, géographes ou anthropologues ont popularisée depuis les années 1980. Néanmoins, il est nécessaire de prendre du recul en historicisant cette notion dans la longue durée. Si les historiens se sont aussi emparés de cette question, ils ont surtout étudié la période contemporaine, scène d’accidents spectaculaires pouvant tourner à la catastrophe industrielle. Or, l’accident industriel (ou artisanal, ou encore minier) émaille le processus antérieur de développement économique de l’Europe. Il accompagne en effet la naissance de la société industrielle qu’il a contribué à façonner. Ce colloque entend contribuer à une meilleure connaissance de cette « première » histoire, mal connue, afin de caractériser les risques et accidents artisanaux et industriels durant ce premier moment d’acclimatation industrielle. A la fin du XVIIe siècle, l’essor de l’économie politique et de la science des probabilités donne un cadre conceptuel nouveau à l’analyse des relations entre les activités productives et leurs effets induits. Deux siècles plus tard, les dispositifs assurantiels ont conquis les modes de gestion du risque. Au sein de ce processus séculaire, ce colloque a également pour but de rassembler des problématiques souvent disjointes (techniques, économiques, politiques, médicales, urbaines, etc.) dans une compréhension globale de leur émergence et de leur incidence sur la société.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans ce cadre chronologique, de la fin du XVIIe à la fin du XIXe siècle, et interroger la question de l’économie de l’accident artisanal et industriel, entendue dans un sens très large, au sein de la grande mosaïque des modes de production et de leurs activités associées : stockage, transport de matériaux dangereux, etc. Pourront être analysés les dichotomies prévention/réparation, régulation par la loi/par le marché, savoirs et expertise/décisions politiques, économie/écologie, ou encore techniques et organisations/responsabilités humaines. Les études de cas seront les bienvenues à condition qu’elles proposent une montée en généralité, soit par la conceptualisation, soit par la comparaison à différentes échelles. De même, si les espaces européens (et notamment anglais et français) ont été privilégiés par le programme de recherche lié à ce colloque, d’autres espaces (nord-américains, coloniaux, etc.) pourraient être le terrain d’étude des propositions.

L’analyse historique de la chaîne systémique de l’accident artisanal et industriel peut se décliner en plusieurs thèmes :

  1. Politiques de régulation et conflictualité. Au cœur du processus, l’analyse de l’intervention publique ou d’acteurs privés – à différentes échelles – dans ses interfaces avec la technique, la ville, la loi, l’économie et les rapports de force politiques sera privilégiée, grâce à la notion de « régulation ». Des travaux récents ont mis en valeur l’importance des situations de conflictualité, notamment en milieu urbain, une optique que ce colloque entend approfondir.
  2. Techniques et gestion du risque. Plusieurs modes de gestion du risque coexistent et se superposent. Certains privilégient la norme technique administrée, ainsi en France, tandis que d’autres laissent cette gestion à des organismes privés, notamment les assurances, ainsi en Grande-Bretagne. On interrogera les pertinences et les nuances de ces dispositifs concurrents et poreux. Ce questionnement doit aussi aboutir à s’interroger sur les temporalités (récurrence des accidents, lien accident-norme, logiques de prévention v. logiques de réparation) et les évolutions contrastées de ces modes de gestion.
  3.  Assurances et politiques d’indemnisation. Il s’agira de questionner la financiarisation de l’accident, en amont (anticipation) et en aval (réparations). Si l’articulation de ces aspects avec l’économie politique est évidente, l’histoire de l’assurance est aussi connectée avec celle de la protection sociale, de l’Etat régulateur, des mouvements syndicaux et des sociétés de secours. Ce colloque questionnera l’émergence de l’assurance strictement industrielle (machines à vapeur, incendies, accidents du travail etc.) tout comme la persistance de formes d’assistance liées à la charité, à la solidarité corporative, à l’indemnisation publique ou encore à des formes d’assurance hybrides entre économie privée et publique. On pourra également interroger la dimension de la régulation interne à l’entreprise par l’intégration du risque dans sa gestion financière et dans ses investissements.
  4.  Secours et soins. Le traitement sanitaire des lieux industriels, les dispositifs de secours d’urgence et la prise en charge médicale des victimes des accidents sont au cœur des politiques du risque industriel. Déjà bien étudiés du point de vue de la philanthropie, de l’assistance, de la protection sociale, les propositions de communication sur les secours et les soins après un accident industriel ou des accidents du travail seront les bienvenues.

Les propositions ne doivent pas nécessairement se limiter à l’un de ces thèmes ; les questionnements transversaux et leur rattachement aux objectifs généraux du colloque seront eux aussi appréciés.

Le colloque aura lieu à Paris (lieu à préciser plus tard), les 19 et 20 décembre 2013. Les langues du colloque seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (titre, résumé de 2000 signes maximum, court CV) devront être envoyées avant le 15 mai 2013, à Thomas Le Roux, tleroux@ehess.fr et thomas.leroux@history.ox.ac.uk. Une réponse émanant du comité d’organisation sera donnée le 15 juin 2013. Les papiers circuleront avant la tenue du colloque, et une publication des actes est prévue.

Ce colloque est une des manifestations scientifiques du programme de recherche « Histoire des risques et des accidents industriels, France, Grande-Bretagne, fin XVIIe – fin XIXe siècle » ancré au Centre de Recherches Historiques (EHESS/CNRS). Il est soutenu par la Ville de Paris, dans le cadre de son dispositif Emergence(s), de 2011 à 2013, le CNRS, l’EHESS et la Maison Française d’Oxford.

*** English version ***

Technological accidents question our industrial society; they are an inherent part of the “risk society” concept that scientists, sociologists, geographers and anthropologists have popularised since the eighties. However, in order to step back and take a longer term view, historicization of the concept is necessary. Although historians have also begun to examine this question, they have focused primarily on the most contemporary period during which spectacular accidents have occurred and have sometimes led to disasters. But industrial (or artisanal or mining) accidents occurred throughout the earlier economic development process in Europe. They went hand in hand with the emergence of the industrial society that they helped to create. This conference aims to contribute to a greater understanding of this “first” ill-known historical period in order to define artisanal and industrial hazards and accidents during the early period of industrial adjustment. During the late 17th century, the growth of both economics and probability theory provided a new conceptual framework for the analysis of the relationship between productive activities and their effects. Two centuries later, insurance schemes had become the main form of risk management.  Focusing on this process which has evolved over several centuries, the conference also aims to pull together issues often considered separately (for example from a technical, economic, political, medical or urban perspective) in order to gain a broader understanding of their emergence and impact on society.

Proposals should be set against this chronological context, from late 17th to late 19th century, and question the issue of the economics of artisanal and industrial accidents, which should be understood very broadly as part of a wide range of production modes and associated activities – storage and transport of hazardous materials etc. – through which the dichotomies of prevention/compensation, legislative/market-based regulation, knowledge and expertise/political decisions, economics/environmental considerations or technologies and organisations/human responsibilities can be analysed. Case studies are welcome provided they can be related to a general discussion of concepts or scale comparisons. Even though European contexts (and especially French and British) are prominent in the research programme associated with this conference, other contexts (North-American, colonial etc.) could also provide a research terrain for papers.

Historical analyses of the systemic chain of artisanal and industrial accidents can be approached through the following topics:

  1. Regulation policies and social conflicts. Proposals on this topic should focus, through the concept of “regulation”, on the analysis of private or public intervention – at different scales – and its interactions with technology, cities, legislation, economics and political power struggles. Recent research emphasizes the role played by conflicts, especially in urban environments, an angle which this conference aims to address in greater detail.
  2. Technologies and risk management. Several forms of risk management coexist and overlap. While some countries, such as France, favour the administration of technical standards, others, such as Britain prefer to leave risk management to private organisations and in particular to insurance companies. Proposals on this topic should investigate the relevance and nuances of these competing and permeable systems. This area of questioning should also lead to exploring temporal aspects (accident recurrence, links between accidents and standards, prevention vs. compensation approaches) and the very different ways in which these management forms have evolved.
  3.  Compensation policies and insurance. Proposals on this topic should explore the financialization of accidents, both a priori (prevention) and post-hoc (compensation). While these aspects are obviously linked to economics, insurance history is also connected to the development of social protection, state regulation, trade unionism and mutual insurance funds. The conference aims to question the emergence of purely industrial insurance (steam engines, fire, work accidents etc.) as well as the persistence of charity-based insurance forms, corporatist solidarity, state compensation or private/public hybrid insurance funding. Exploring the internal regulation systems of companies whereby risk is integrated into financial management and company investments is also a possible focus.
  4.  Assistance and care. Health measures on industrial premises, emergency assistance systems and the medical management of accident victims are at the heart of industrial risk policies. Proposals on assistance and care required as a result of industrial and work accidents are welcome as this is a well-researched topic albeit from a philanthropic, aid or social protection perspective.

Proposals should not necessarily be restricted to one of these topics; crosscutting research linked to the general aims of the conference would also be appreciated.The conference will take place in Paris (venue to be communicated later) on 19 and 20 December 2013. The conference languages will be French and English. Proposals (paper title, abstract limited to 2,000 characters, short CV) should be sent to Thomas Le Roux at tleroux@ehess.fr and thomas.leroux@history.ox.ac.uk before 15 May 2013. A response from the organizing committee can be expected on 15 June 2013. Papers will pre-circulate prior to the conference, and a publication is planned.

 This conference is a scientific event which is part of the research programme “History of industrial hazards and accidents, France and Britain, late 17th century – late 19th century”, based at the Centre de Recherches Historiques (EHESS/CNRS). It is funded by the City of Paris, as part of its Emergence(s) programme for 2011-2013, and also supported by the CNRS, the EHESS and the Maison Française in Oxford. Website: http://risks.hypotheses.org/

Comité d’organisation / Organizing Committee

Claire Barillé (Université Paris Ouest Nanterre – IDHE)- Guillaume Carnino (CRH – CNRS/EHESS, COSTECH-UTC) – Jean-Baptiste Fressoz (Imperial College London)- Frédéric Graber (CRH – CNRS/EHESS) – François Jarrige (Université de Bourgogne)- Thomas Le Roux (Maison Française d’Oxford, CRH – CNRS/EHESS) – Michel Letté (CNAM) – Christelle Rabier (London School of Economics) – Marie Thébaud-Sorger (CRH – CNRS/EHESS)

Comité scientifique / Scientific Committee

Patrice Bret (Centre Koyré – EHESS) – Robert Fox (University of Oxford)- Patrick Fridenson (CRH – CNRS/EHESS) – Liliane Hilaire-Perez (Université Paris 7, EHESS) – Jan Lucassen (International Institute of Social History, Amsterdam) – Philippe Minard (Université Paris 8 – IDHE, EHESS) – Lissa Roberts (University of Twente) – Dominique Pestre (Max Planck Institut Berlin, Centre Koyré – EHESS) – Paul-André Rosental (Sciences-Po Paris) – Denis Woronoff (Université Paris 1) – Cornel Zwierlein (Ruhr-Universität Bochum)

 

Programme 2011

Séminaire EHESS (96 boulevard Raspail)

  • Vendredi 4 février 2011

Thomas Le Roux,
« L’explosion de Grenelle (1794) : mises en perspective et potentialité historiographique »

Patrice Bret, « Poudres et risques d’explosion, XVIIIe-XIXe siècles »

  •  Vendredi 2 avril 2011

Robert Carvais, « Les incendies artisanaux et industriels au XVIIIe siècle : des normes de construction liés à la prévention des incendies et 1ères hypothèses de travail »

Discussion collective

Le séminaire a lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, à l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-EHESS).
salle de réunion (1er étage).

Journée d’étude / Workshop – 18 juin/June 2012, Oxford (MFO)

Pour une histoire comparée des régulations du risque industriel, XVIIIe-XIXe

Si la comparaison entre nations ou entre régions a généralement informé l’historiographie de la révolution industrielle, et si l’histoire environnementale a d’emblée été écrite dans une perspective globale, l’histoire de la gestion environnementale du risque technologique est largement tributaire des cadres nationaux, régionaux ou locaux des instance régulatrices. L’objet de cette journée d’étude est au contraire d’inviter les historiens à considérer ce que la démarche comparative peut apporter à la compréhension des modes de régulation.

Un référent extérieur permet en effet de gagner en acuité analytique et de dénaturaliser des pratiques (de gouvernement, de preuve, de contrôle…) qui paraîtraient sinon aller de soi. Par exemple, au XIXe siècle, le recours généralisé du gouvernement français à la norme de sécurité, à l’expertise académique et au droit administratif paraît beaucoup plus problématique une fois prise en compte la régulation britannique ancrée dans jurisprudence et les polices locales. La comparaison permettra donc de recenser la variété des outils du gouvernement du risque : intervention administrative, procès, normes de sécurité, cahiers des charges, assurance, arènes publiques de médiation, etc. On pourra également comparer les effets contrastés des modes de régulations variés sur les choix économiques, les formes techniques, les modes de production, la gestion de la main d’œuvre, les taux d’accidents ou la dégradation environnementale (liste non exhaustive). Enfin, un troisième type d’approches étudiera les circulations internationales produisant les régulations nationales : circulations des entrepreneurs, des mécaniciens, des experts, des textes ou des normes. Les objets d’étude peuvent être divers (localités, secteurs industriels, outils de régulation, législations…) mais doivent impérativement être abordés dans une perspective comparative (entre localités, régions ou nations) : à ce titre, des interventions à deux voix sur deux terrains différents seront également les bienvenues.

_____________________

La langue de  la journée d’étude sera l’anglais. Les propositions de jeunes chercheurs sont bienvenues, et tous les frais d’hébergement et de transport seront pris en charge par le programme de recherche. Les propositions de communication (titre, résumé de 2000 signes maximum, court CV) devront être envoyées avant le 15 février 2012, à Jean-Baptiste Fressoz,  j.fressoz@imperial.ac.uk, et Thomas Le Roux,  tleroux@ehess.fr  ou  thomas.leroux@history.ox.ac.uk. Une réponse sera donnée le 25 février 2012.

 

Workshop, 18th June 2012, Oxford (Maison Française d’Oxford)

For a comparative history of industrial risks regulation, 18th – 19th c.

If comparison between national or regional contexts has been a driving force for the historiography of the « industrial revolution », and if environmental history has been immediately written on a global scale, the evolution of environmental and risk regulation is often studied according to the national, regional or local scales of the institutions producing the regulations. The aim of this workshop is to invite historians to consider how comparison could advance our understanding of the different ways of regulating risk and environment.

Indeed, having another country as a point of reference improves analytical acuity by denaturalising practices of government, proof or control which would otherwise remain self-evident. For instance, during the nineteenth century, the French government generally resorted to safety norms, academic expertise and administrative law. This strategy of securitization appears much more problematic when one takes into account the British way of regulating based on jurisprudence and local polices. Thus this comparison will help identifying the variety of the tools used for governing risks: administrative intervention, trials, safety norms, technical specifications, insurance etc.  We will also be able to compare the contrasted effects of the different regulatory regimes on economic choices, technical forms, modes of production, workforce management, accidents statistics,, environmental damages, etc.Lastly, another kind of approach will study the international circulations that produce national regulations: circulations of entrepreneurs, mechanics, experts, texts or norms.The objects of study can be extremely varied: (localities, industrial sectors, tools of regulation, legislations…) but they must be approached in a comparative perspective (between localities, regions, nations). In this way, shared papers on a common object studied.

________________________________

Workshop language will be English. Proposals of young researchers are welcome. The research programme will reimburse travel and accommodation costs. Proposals (title, abstract 350 words maximum, short CV) should be sent before February 15th 2012 to Jean-Baptiste Fressoz, j.fressoz@imperial.ac.uk, and Thomas Le Roux, tleroux@ehess.fr or thomas.leroux@history.ox.ac.uk. An answer will be given on February 25th.

 

Programme 2011-2012

Séminaire, EHESS

Vendredi 21 octobreIncendies et industrie, politiques de prévention et d’indemnisation.

Niels Van Manen (Université d’Amsterdam) « Mapping Risks: Goad’s fire insurance plans (end 19th c.) »
Atelier de discussion avec Liliane Pérez(université Paris VII), Marie Thébaud-Sorger (CRH/EHESS) « Les claims : les dédommagements après les incendies artisanaux, Angleterre, XVIIIe siècle », François Jarrige (Université de Bourgogne), « Entreprises textiles, risques et accidents liés au feu, France, XIXe siècle », Thomas Le Roux (CRH/EHESS), « Quatre thèses récentes sur l’assurance incendie : directions de recherches »

 

 

Vendredi 16 décembre. La généalogie des systèmes de prévention et de compensation, la piste des mines et des travaux publics.

Jean-Louis Escudier (université de Montpellier) : « L’accident minier au XIXe siècle : de la solidarité à l’assurance ».
Atelier de discussion sur les travaux publics, avec Anne Conchon (Université  Paris I)  » Travaux routiers et accidents du travail au XVIIIe siècle », Allan Potofsky (université Paris VII), « Les chantiers de construction, 1750-1800 »
 

 

Vendredi 17 février. L’accident et les politiques d’urgence sous l’Ancien Régime.

Vincent Milliot (université de Caen), « La catastrophe du mariage du Dauphin, Paris, 1770 ».

Atelier de discussion animé par Christelle Rabier (London School of Economics).

  • Vendredi 20 avril (Titre à venir)
__________________________
 Le séminaire a lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, à l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-EHESS), salle de réunion (1er étage), de 9 h 30 à 12 h 30.

 

 

 

Journée d’étude/ Workshop, 15 mai/May 2012, Paris (EHESS)

La loi de 1898 sur les accidents du travail et l’émergence de la tarification des corps en Europe

Depuis quelques années, les travaux portant sur les risques et les maladies professionnelles ont réactivé un champ de recherche émergeant de la décennie 1975-1985, mais qui avait ensuite marqué le pas en France. L’objectif de cette journée d’étude consacrée à la loi de 1898 sur les accidents du travail est de prolonger cette réflexion actuelle sur l’histoire des risques autour d’enjeux à l’interface du droit, de l’économie, de la médecine et de la technique. Notamment, à l’heure où les questions de santé environnementale suscitent de plus en plus d’intérêt, il nous semble important de ne pas disjoindre de cette problématique les espaces de travail.

Vingt-cinq ans après l’ouvrage de François Ewald, L’Etat providence, pourquoi se pencher de nouveau sur l’histoire de la loi de 1898 ? De nouvelles lectures sont possibles : cette loi, qui met en place le principe de l’indemnisation forfaitaire aux victimes, freine également la possibilité de poursuivre un entrepreneur au pénal. Quel sens culturel et politique donner à cette normalisation du risque et à cette tarification des corps ? Les compagnies d’assurances ont particulièrement gagné à cette loi : quelle fut leur rôle dans sa mise en place ? Et quel fut celui des syndicats ? Comment évoluent les solidarités traditionnelles, mutualistes ou familiales, de part et d’autre de la loi ?  De même, il serait intéressant d’interroger le partage que la loi provoque entre risque professionnel et risque industriel : la disjonction juridique qui s’opère et se confirme à la fin du XIXe siècle est-elle si nette que cela ? Peut-on faire une histoire croisée du droit de la responsabilité, des régimes d’indemnisation et des techniques de prévention, de sécurité ou plus largement de production ? Par ailleurs, si les juristes connaissent bien l’application de cette loi en termes de droit du travail, il nous semble également utile de  la replacer dans une histoire longue de la compensation financière des accidents corporels. Enfin, un élargissement à d’autres aires géographiques nous semble pouvoir enrichir la réflexion. On ne peut en effet comprendre cette loi sans la remettre dans son contexte européen. Au même moment, dans la plupart des pays européens (Allemagne, Suisse, Autriche, Angleterre, Russie, Italie) et aux Etats-Unis s’engagent une réflexion sur les accidents, ce qui aboutit généralement à des textes législatifs et une redéfinition des systèmes de compensation. Les communications présentant des comparaisons européennes seront ainsi les bienvenues.

______________________

Les langues seront le français et l’anglais. Les propositions de jeunes chercheurs sont bienvenues, et tous les frais d’hébergement et de transport seront pris en charge par le programme de recherche. Les propositions de communication (titre, résumé de 2000 signes maximum, court CV) devront être envoyées avant le 15 février 2012, à Jean-Baptiste Fressoz, j.fressoz@imperial.ac.uk, et Thomas Le Roux, tleroux@ehess.fr ou thomas.leroux@history.ox.ac.uk. Une réponse sera donnée le 25 février 2012.

Workshop, 15th May 2012, Paris (EHESS)

The 1898 Law on Workplace Accidents and the Pricing of Bodies in Europe 

In recent years, scholarly studies on risks and occupational health diseases have reactivated a field of research that emerged in France between 1975 and 1985. At a moment when environmental health issues are attracting more and more historical interest, it seems important to return to the problems related to workspaces by including them in this more recent problematic. The aim of this workshop, which is devoted to the French 1898 Law on Accidents at Work in France, is to enlarge our understanding of the history of risk to a broader range of issues situated at the interface of law, economics, medicine and technology. Twenty-five years after François Ewald’s book on accident insurance and ideas of risk in France, L’Etat providence, why should the history of the 1898 Law be revisited?

New readings are possible: the 1898 law established the principle of lump-sum compensation for victims of workplace accidents but equally removed the right of workers and their families to pursue further claims for damages in a court law. How can we make cultural and political sense of this normalization of risk and what essentially amounted to body pricing? Insurance companies have particularly benefited from this law: what was their role in its implementation? And, what about that of trade unions’? What happened to more traditional forms of solidarity amongst families, workers, or employer and employees? Moreover, it would be interesting to examine the split between what were perceived as occupational hazards and industrial risks: was the legal distinction between the two that emerged in the late nineteenth century really so conclusive? Can we combine a history of liability and compensation schemes with a history of prevention and safety measures, or more broadly of production? Finally, an enlargement to other geographic areas can throw up questions and provide new answers. We cannot indeed
understand the 1898 law without placing it back within its European context. In the same period, in most European countries (Germany, Switzerland, Austria, England, Russia, Italy) as well as in the United States, accidents came to be seen in a new light which resulted in a legislation and a redefinition of compensation systems. Papers including European comparisons are therefore welcome.

_____________________

Workshop language will be English and French. Proposals of young researchers are welcome. The research programme will reimburse travel and accommodation costs. Proposals (title, abstract 350 words maximum, short CV) should be sent before February 15th 2012 to Jean-Baptiste Fressoz,  j.fressoz@imperial.ac.uk, and Thomas Le Roux,  tleroux@ehess.fr  or  thomas.leroux@history.ox.ac.uk. An answer will be given on February 25th.