Exposition

LES PARIS DE L’INDUSTRIE, 1750-1920

5 décembre 2013 – 7 janvier 2014

Réfectoire des Cordeliers
15 rue de l’École de Médecine, 75006 Paris [Accès]
01 44 27 81 60

À la fin du XVIIIe siècle, l’industrialisation commence à transformer le monde. Ce processus de fabrication de produits manufacturés avec de nouvelles techniques, remplaçant progressivement un système artisanat manuel par une mécanisation plus poussée, est largement discuté à l’époque, car il touche fortement la façon de vivre. À Paris, comprendre cette révolution, qui est aussi urbaine, nécessite de s’interroger sur les processus économiques, spatiaux, scientifiques et politiques qui ont permis et légitimé cette insertion industrielle dans une ville où culture, religion et finance dominaient. Selon quelles modalités Paris s’est-elle métamorphosée en une grande ville industrielle au XIXe siècle ? Comment la capitale a-t-elle négocié la part de risque inhérente aux activités de production et parié sur la coexistence de la ville et de l’industrie, en transformant les rapports de la société à son environnement ?

Si, au XXIe siècle, l’industrialisation européenne apparaît naturelle et inéluctable, la réalité est plus complexe. En effet, cette illusion rétrospective ne tient pas compte de fortes disparités régionales et sectorielles, de ruptures de rythmes et d’accélérations incluant le poids des événements, le rôle des individus et de leurs actions. Elle s’intègre également dans les échanges transnationaux et dépend du poids des structures administratives, politiques et savantes. Pour le dire autrement, l’industrialisation est un choc brutal qui bouleverse les structures traditionnelles de la société, et qui est fortement critiquée. En premier lieu par des ouvriers et artisans qui perdent leur qualification face à de nouveaux procédés, mais aussi par des citadins, qui s’interrogent avec des médecins, parfois avec véhémence, sur les nuisances qui surviennent dans leur voisinage.

Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *